mercredi 2 novembre 2005

Lettre d'un immigré en France à son père

A mon père l’affectueux

Ta lettre est arrivée à moi et je l’ai attrapé. Je l’ai lue et je l’ai comprise. Depuis qu’est venue à moi, le sommeil s’est envolé de moi et mon cœur se coupe morceau, morceau. Vous êtes restés dans moi beaucoup . Je mendie dieu pour qu’il vous donne la santé et le feu, Je t’informe que j’ai envoyé à toi un peu d’argent pour que tu tournes le mouvement un peu. Paie le loyer, l’eau et l’électricité qui sont sur toi et aussi celui de l’épicerie. Ne frappe le calcul à rien.

Tu m’as dit que mon frère Hamid est sorti de la route, dis lui que s’il se perd, qu’il attrape la terre. Il lui manque de faire une vente et un achat qui reviennent sur lui par le bien. Aujourd’hui, chacun frappe sur sa tête, il doit suivre notre parole ou bien qu’il nage dans sa mer.

Quant à ma sœur Mina, dites lui de ne pas se dépêcher sur le mariage ceux qui sont dépêchés sont morts. Mais moi j’étais malade le mois qui est passé J’ai attrapé le lit quinze jours , les médecins m’ont cherché et m’ont enlevé le sang. Ils m’ont dit que je n’ai ni sucre ni sel, un peu de froideur. Maintenant le temps m’a passé louange à dieu.

Ici en France, la vie est difficile, même si nous photographions l’argent le temps n’est pas jusqu’à là bas. Il n’y a que cours après moi je cours après toi, et celui qui se néglige se rase. Moi voilà je travaille dans une société de l’éducation des poules. Ils m’ont ajouté dans le salaire et m’ont marqué dans le coffre de la garantie social. Sois seulement bon et n’aies pas peur . je vais venir au Maroc avant la fête de la naissance. Soyez prêts pour que je vous amène frapper un tour à Marrakech et voir la mosquée de la fin du monde, la palais de la terre cuite, les sept homme et ajoute et ajoute.

Quant à ma cousine la gagnante, dits lui de dormir sur son bras droit, dis que je rentre au mois de juillet, on frappe le papier et l’entrée et une seule fois. Il faut dire à ma tante la grande qu’elle ramasse sa bouche par ce que je suis un four est capable d’un quartier, sinon, je jette sa fille et je part chercher une mieux que la gagnante. Et comme on dit, celui qui te cache par fil, cache le par un mur.


« Signé ton fils lumière de religion »

PS: Merci à Mon ami El Mehdi qui m'a envoyé ce mail. Mon lap top étant en panne, les notes que j'avais préparé pour cette semaine attendront une date indéfinie...

Posté par lintrus à 02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Lettre d'un immigré en France à son père

Nouveau commentaire